Annonces hebdomadaires semaine 20

5 ème dimanche de Pâques – Année A
Semaine du 10 au 17 mai 2020

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »

Jean 14, 6

La maison du Père

            Ces semaines, nous avons peu quitté nos maisons. Beaucoup aspirent maintenant à en sortir un peu plus (dans un rayon de 100 km !). Nous avons donc eu le temps de goûter – autant que de honnir ! – le fait de passer son temps entre les quatre murs de notre demeure.

          Jésus parle dans l’Évangile de la maison de son Père, dans laquelle il y a de nombreuses demeures.  Peu avant, il avait dit : Moi, je suis la Porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé, il pourra entrer, il pourra sortir, il trouvera un pâturage. Le ciel sera-t-il donc un confinement perpétuel dans cette maison dont le Christ est la Porte ? Mais de quelle maison parle-t-on alors pour qu’elle puisse être la nôtre pour l’éternité !

            L’image de la maison, avec des portes plus ou moins grandes, est un des premiers dessins d’enfants. C’est aussi un des besoins et des droits fondamentaux de l’homme : avoir un toit, pour lui et pour sa famille ! En France, beau pays et pays de propriétaires, une grande partie de la population bénéficie d’au moins un appartement confortable ou d’une maison, souvent avec jardin. Les tendances individualistes, les 1000 conforts possibles, et désormais la possibilité du télétravail, font de ces demeures, des espaces de vie préférés entre tous. Beaucoup, certes, en France ou ailleurs, n’ont pas cette chance d’un logement décent et la crise actuelle ajoute à leur malheur. Cela rappelle aux propriétaires la chance de leur condition présente.

            Pourtant, aux yeux de certains, le confinement finit par transformer les appartements ou maisons en prisons dorées. « Je tourne en rond », « ça devient monotone », « il est temps qu’on puisse revoir du monde », etc. Nos maisons de la terre, beaux abris, ne nous donnent pas tout… Elles restent des objets. Certains ont appelé leur maison « Sam suffit » pensant y avoir atteint le sommet du bonheur humain ! Mais, à tout prendre, non, une maison « Sam suffit pas ». Une maison oui, mais il faut qu’elle soit ouverte : aux visites, aux parents, aux amis ; qu’elle soit lieu de passage et de partage, d’entrées et de sorties, de départs et de retours. Offrez-moi un magnifique palais : s’il est en plein désert, sans présence humaine, clos sur lui-même, je n’en veux à aucun prix ! La présence réelle… on y revient toujours.

            Il y a plusieurs demeures dans la maison du Père, dit Jésus. La maison du Père est donc comme une « colocation », un « béguinage », un quartier. Le livre de l’Apocalypse parle même d’une ville : la Jérusalem céleste !  Chacun a son abri mais relié à celui des autres et en Dieu. Dans quelles maisons fait-il bon vivre ? Dans celles qui sont lieu de communion et non de réclusion. Le respect de la distanciation sociale ne nous empêchera pas de mieux goûter la vie sociale et la vie communautaire, reçues comme un cadeau. Plus encore, comme une vocation : nous sommes appelés à vivre ensemble dans le respect de l’intimité de chacun, mais reliés les uns aux autres. La maison du Père est une maison ouverte à tous, fils aînés comme fils prodigues revenant au bercail après une vie gaspillée. La vraie porte en est Jésus, par qui nous entrons en nous-mêmes, et par qui nous sortons vers nos frères et vers le Père.

               Plus radicalement, souvenons-nous que Jésus disait ne pas avoir une pierre où reposer la tête. Il n’avait pas de maison en ce monde. Il accueillait l’hospitalité de ses amis, à Capharnaüm ou Béthanie, il dormait sur les rives du lac ou au mont des Oliviers. « Je veux demeurer chez toi », dit-il à Zachée. Dans le livre de l’Apocalypse, il y a ce verset, comme un appel à ne pas fermer lui fermer notre maison :  Voici, je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi (Apo 3,21). Dieu vient habiter dans nos maisons et faire sa demeure en nos vies. Habiter une maison, oui, mais habiter le cœur de Dieu, plus encore, et aussi celui de nos frères et sœurs. Demeurer en Dieu et lui offrir de demeurer en nous. Pas de vraie maison sans communion, sans fraternité, sans ouverture. Pas de vraie maison sans souci global de la maison commune qu’est devenue notre terre. Si cette crise nous l’avait fait comprendre un peu plus… ce serait déjà beaucoup. Seigneur, en ta demeure, toute paix, toute joie.

 

                                               Gérard Le Stang.
                                               lestang.gerard@gmail.com

Se former, Se ressourcer, Célébrer

  • Information Secours Catholique :

L’équipe du Secours Catholique de Lesneven – Côte des Légendes vous informe que ses diverses  activités  sont toujours interrompues (Coffre à Jouets, Rencontres Amitié au Folgoët, Dimanche Amitié à Lesneven, Graines d’Amitié sur la Côte) . Elles ne reprendront donc  pas le 11 mai. Téléphone : 06 71 14 30 72 / mail: equipelesnevencdl@gmail.com «  

Obsèques

Ont reçu les funérailles dans les cimetières de la paroisse cette semaine : 

  • Lundi 4 mai
    • Mme Renée QUERET, née Casanova, 96 ans, Brignognan.
    • Hervé CORRE, 67 ans, Bourg-Blanc.
    • Roland RONVEL, 53 ans, Kerlouan.
  • Mardi 5 mai
    • Olivier PICART, 39 ans, Kersaint-Plabennec.
  • Mercredi 6 mai
    • André CORLOSQUET, 84 ans, Plouguerneau
  • Jeudi 7 mai
    • Mme Jeanne FILY, 90 ans, Plabennec
  • Samedi 9 mai
    • Mme Marie BARS, née le Menn, 90 ans, Le Folgoët