FUNERAILLES

« Si nous sommes passés par la mort avec le Christ,
nous croyons que nous vivrons aussi avec lui.
Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts,
le Christ ne meurt plus ; sur lui la mort n’a plus aucun pouvoir.
Car lui qui est mort, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant. »

Rm 6, 8-10

LES FUNERAILLES CHRETIENNES

La célébration des funérailles à l’église est ce moment unique qui accueille la peine des personnes qui sont meurtries par la douleur de la séparation d’un être cher. Fort de sa foi, l’Eglise y fait résonner la Parole du Christ qui dit : “Je suis la résurrection et la vie !” Cette espérance portée et célébrée par la communauté chrétienne aide à convertir le nom de mort en celui de pâques, c’est à dire passage vers la maison du Père.

Au moment du décès, la famille ou les pompes funèbres prennent contact avec le prêtre de la paroisse ou avec la personne qui coordonne l’accueil. Le service des funérailles est assuré par une équipe qui comprend : le prêtre ou un guide laïc*, un assistant et un animateur… L’assistant et l’animateur rencontrent la famille et préparent avec elle la célébration des funérailles.

Ils peuvent être présents avant le départ du funérarium et au cimetière, parfois à la prière du soir à la demande de la famille.

*Les guides laïcs suivent une formation diocésaine et reçoivent une lettre de mission. Ils président la cérémonie certains jours de la semaine.

PREPARATION DES FUNERAILLES

La préparation de la célébration peut constituer un temps fort pour la famille, car la rencontre avec la paroisse a souvent un impact émotionnel. Lorsque l’on fait l’expérience du deuil, on éprouve un besoin d’écoute, de solidarité et d’amitié.

On aborde les points suivants :
– la personnalité du défunt et les circonstances de son décès
– le sens que l’on veut donner à la célébration en tenant compte de l’assemblée
– le choix des textes 
– les intentions de prière pour la prière universelle 
– le choix ou non de l’eucharistie 
– les chants et la musique 
– la participation des proches 
– éventuellement un témoignage sur le défunt.

On peut personnaliser la célébration, par un poème ou un texte qui était cher au défunt, ou en écoutant un morceau de musique qu’il aimait.

En cas de décès, quelles sont les démarches à suivre? 
La famille s’adresse aux Pompes Funèbres qui contacte la Paroisse pour décider du jour et de l’heure des obsèques. La famille rencontre ensuite, à la paroisse, le prêtre ou le laïc qui l’accueille et prépare avec elle la célébration.


Quel est le sens des différents rites lors des obsèques ?
Le cierge pascal allumé symbolise la présence dans le monde de Jésus Christ Ressuscité.

Le rite de la lumière : Le geste de prendre la flamme du cierge pascal pour allumer les cierges qui entourent le cercueil signifie que la lumière du Christ ressuscité est la source de notre espérance.

Le rite de la croix rappelle que Jésus nous a aimés jusqu’au bout, jusque dans sa mort sur la croix.

L’encensement est un signe de respect pour le défunt et symbolise notre prière qui monte vers Dieu.

L’aspersion avec l’eau bénite rappelle l’eau du baptême.

 

Gestes et signes d’amitié « Les fleurs » sont signes de sympathie, d’amitié, de solidarité. Elles sont aussi signe d’une vie sans cesse renouvelée qui continue par delà la mort. D’où l’importance de fleurs « fraîches ». « Des objets familiers » peuvent être significatifs de ce qui avait valeur aux yeux du défunt « Le geste du dernier adieu » est un signe d’affection ou d’amitié que l’on peut faire par exemple en posant la main sur le cercueil.


Source : www.liturgiecatholique.fr

Livret du diocèse sur les orientations pour la célébration des funérailles (2010)